Philippe Chatrier : le cour(t) d’une vie

Chaque année, depuis 2001, pendant la quinzaine de Roland-Garros, les médias martèlent le nom de Philippe Chatrier, associé, sur le court Central, au sifflement des aces et aux exploits des plus grands champions sur terre battue. Les jeunes aficionados de la balle jaune ne savent pas qui il est, les moins jeunes ont oublié son action fondatrice.

D’abord champion de tennis, journaliste, entrepreneur puis patron du tennis français et international, membre du CIO, il a su transformer son sport et faire d’un petit tournoi d’amateurs qui sommeillait sous les marronniers de la porte d’Auteuil, un des plus prestigieux du monde. C'est également une entreprise de sport reconnue et copiée sur tous les continents.

À l’occasion de la célébration des vingt ans de sa disparition et de l’inauguration du court Philippe Chatrier entièrement repensé – équipé notamment d’un toit rétractable – il nous a paru essentiel de retracer, entre les lignes blanches, le cours de son existence. Pour cela, nous nous sommes adressés à sa famille, ses amis, anciens dirigeants internationaux et collaborateurs les plus proches, joueurs... Tous ont accepté de témoigner. Les grands champions de « l’ère Chatrier » qui l’admiraient et le respectaient ont également apporté leur contribution : Björn Borg, Ilie Năstase, Stan Smith, Yannick Noah, Guy Forget, etc.

Les droits d’auteur de ce livre sont reversés à la Fondation Philippe Chatrier qui lutte contre la maladie d’Alzheimer, le mal qui l’a emporté en 2000.

 

Marie-France Chatrier. Journaliste à Paris Match, longtemps Directrice de l’agence Cape Code. Mariée vingt-sept ans à Jean-Philippe Chatrier.

Frédéric Houssay. Entrepreneur et conseil en communication. Spécialisé dans l’accompagnement de dirigeants. Passionné de tennis et membre du conseil d’administration de la Fondation Philippe Chatrier.

 

 

Eloge des fautes d'orthographe

Longtemps j'ai détesté les fautes d'orthographe. Plus tard, devenu éditeur, je me suis mis à les aimer. Pas les miennes, dont la honte me poursuit parfois longtemps, mais celles des auteurs.

Entre toutes, ce sont les fautes récurrentes que je préfère. Impossible de les mettre sur le compte de l'inattention ! Solidement installées, elles font corps avec leurs propriétaires, elles les racontent.

Le plaisir que j’éprouve est clandestin – forcément clandestin. Pas question de trahir la confiance de l’auteur. Au mieux, quand on trouve les mots pour le dire, il est le seul à qui en parler. Le secret éditorial vaut bien le secret médical.

L’amour des lapsus calami est-il réservé à quelques happy few des maisons d’édition ? Je veux montrer ici que c’est un bonheur accessible à tous. 

L’Eloge des fautes d’orthographe en donne le mode d’emploi.

 

République - Bastille

Le 20 janvier 2017, la cérémonie d’investiture de Donald Trump attire, selon les médias, quelque
250 000 spectateurs, six fois moins que Barack Obama huit ans plus tôt. Mais qu’importe ! Le nouveau président déclare : « J’ai regardé et cela avait l’air d’un million, un million et demi de personnes ! »

 

L'Europe : L'apprendre ou la laisser

Soixante ans après le Traité de Rome, le projet européen est plus que jamais discuté par les Français.

Pour ses partisans, l'Union européenne est notre planche de salut dans la compétition économique internationale. Seule, la France risquerait d’être durablement distancée. Avec le starter européen, elle peut rester dans la course.

 

Entreprise & Bien Commun

Les tensions économiques et sociales qui pèsent sur notre monde s’exacerbent de contradictions nouvelles. D’un côté, la prise en compte des aspirations individuelles immédiates semble être la source privilégiée du développement économique. De l’autre,...